Pologne 2010

Publié le par Dominique 92

 

   Pologne 2010 - 6 juillet 21 juillet 2010

 

 

 

 

6 juillet - Roissy. Le vélo est de nouveau emballé dans le carton super costaud revenu de Chypre. Il faut juste démonter le porte-bagage pour que tout loge dans 115/80/32 cm. Moins de 20 kilos, les deux sacoches à peine 8 kilos. Le shuttle est à l’heure, 6 heures du matin. Pas de vol annulé. Bizarre : rien à payer pour le vélo à l’aller comme au retour. LA LOT polonaise n’est pas une low cost. Hôtel réservé depuis Paris par internet. C’est plutôt une auberge de jeunesse, deux chambres à 10 et 12 lits. Mais bien tenue, calme, et à quelques mètres de la ville historique.  Le précieux carton du vélo sera gardé jusqu’au retour.

 

7 juillet - Cracovie. Il a plu la veille. Ce jour, le temps est gris et presque frais. Visite de la ville le matin, vue et revue pour la 3ème fois. Splendeurs de l’art baroque et art-déco civils et religieux. Dieu, que l’architecture classique et les immeubles haussmanniens sont ennuyeux. La froidure de Versailles est bien loin. Visite avec un bus l’après-midi de la ville natale de l’icône polonaise, Jean-Paul II.

 

8 juillet - Cracovie Rybnik – 127 km. Enfin un vrai soleil et une température encore fraîche. Mais le vent est aux ¾ contre. Une seule petite erreur pour quitter les énormes faubourgs de la métropole de la Galicie occidentale. Beaucoup de renseignements demandés sont faux. Un point de repère trouvé sur la carte de route : la 780. La route passe au ras de Oswiecim (Auschwitz *), dénommé MUSEE au lieu de « Lieu de mémoire ». L’adresse de l’hôtel a été fournie par l’auberge d’hier. Difficile à trouver, avec de nouveaux enseignements faux puis vrais. Hôtel un peu à l’écart du centre ville, de type soviétique, sans doute plus de 60 chambres, presque vide, mais… pas cher.

 

9 juillet – Rybnik Prudnik – 102 km.  Bonne température, beau soleil, vent contre pas trop fort, et route presque plate. Idéal. Mais d’abord la grande route : trafic de poids lourds, crevasses et nids de poule, bitume gondolé. Mieux vaux regarder en bas qu’en haut. Multiples haltes dans chaque petite ville : Raciborz (Ratibor), Glubczyce. Route secondaire excellente après Raciborz. Tôt arrivé à Prudnik (Neustadt). Ville de la rencontre européenne des cyclistes de toutes nationalités, en particulier polonais, français belges. Enorme dossier remis par les bénévoles de l’UECT.

 

 10 juillet- Visite de la ville. De la tour Piast polonaise du 13ème siècle aux usines textiles du temps de Bismark.

 

 

*) Les noms en allemand entre parenthèses sont ceux du temps de la présence germanique séculaire en Basse Silésie jusqu’en 1945.

11 juillet – Prudnik Opole Prudnik – 130 km. Journée disponible, sans participer aux présentations officielles de la semaine. La 6ème de l’UECT.  Au lieu de la visite en bus prévue dans la semaine, un aller-retour à vélo pour Opole (Oppeln). Beau centre ville aussi, mais bien bombardé par les armées soviétiques, comme toutes les villes de la Basse Silésie. En fin de journée un crochet pour un lieu de pèlerinage à 5 km au sud de Prudnik. Avec une copie presque conforme de la grotte de Lourdes. Jeunes et moins jeunes participent nombreux aux multiples cérémonies religieuses.

 

12 juillet – Circuit nord est - 125 km.

Le 1er des circuits autour de Prudnik. Aujourd’hui, trois circuits sont proposés, de 59 à 115 km. Il va de soi que l’option est levée pour le 115. Il passe par la ville de Glokowek. Pour traverser l’Oder, il n’y a pas de pont mais un bac. Ca coute 50 centimes de Zloty, soit 12,50 centimes d’euro. Fini le plat. Ca monte jusqu’à 400 mètres. Grande chaleur. Là haut est un autre lieu de pèlerinage : Gora Swietej Anny. Eau fraiche et pique nique sur place. Retour par Moszna, le château qui aurait pu être celui de la princesse au bois dormant.

 

13 juillet – Circuit sud ouest – 111 km.

Le circuit le plus long proposé est de seulement 61 km.. Il y a un peu de relief en République tchèque : 792 mètres. Trop court, pas assez haut. La veille au soir, le sort en est jeté. Petit raccourci pour Glucholazy, détour par Jesenik (Freiwaldau). Entre Domasov et Vrbno P. Pradedem un col à pluqs de 1000 mètres. Dommage pas de vue pour une photo. L’itinéraire « officiel » est retrouvé avant la restauration de Hermanovice. Et là, malheur : la chaine casse et gît sur le macadam. Un cycliste bienveillant s’arrête et participe à la réparation. Plusieurs maillons sont enlevés avec mon dérive-chaîne aluminium (qui est naze) et le sien en acier. Pique tant attendu et non annulé ou non trouvé comme les jours précédents.

 

14 juillet – Circuit nord – 140 km. Au lieu du circuit de 105 km, vraiment trop court. Autre rallonge concoctée la veille : un crochet par Niedmolin (photo) et Grodkow. La route passe aussi par le camp où ont sont morts les soldats français prisonniers de la guerre de 1870, puis après 1945 les allemands adultes et enfants chassés de leurs maisons. Pas de photo, cela va de soi. Vive la fête nationale de la RF ! Un autre grand anniversaire pour la Pologne : la bataille de Grunwald, le 15 juillet 1410, contre les chevaliers teutoniques à Malbork ( Marienbourg). Puissent l’Union Européenne et l’UECT apaiser les rivalités germano-slaves, comme celles franco-allemandes !

 

15 juillet – Circuit ouest – 134 km. Pour une fois un peu plus court que l’itinéraire officiel : 134 km au lieu de 135 km. Paczkow, pas beaucoup à voir. Halte à Otmuchow où le conte von Humboldt de Berlin a eu sa résidence. Les deux lacs artificiels sont sans intérêt. Le but : Nysa (Neisse). Nysa est typique de la Silésie. Presque toute reconstruite. La pluie menace sur les hauteurs tchèques. Juste le temps de quelques photos avant et après le pique-nique offert sur la Grande Place. Retour dare-dare avec le fort vent favorable.

 

16 juillet – Circuit sud est – 131 km, au lieu de 118 km. Orage dans la nuit, éclairs et foudre sans répit. Départ à 9 heures. La route est encore mouillée mais vite sèche. La chaleur remonte vite, jusqu’à 38 degrés. Belle vallée fraîche et verdoyante de la Opavica en République Tchèque. La nouvelle piste cyclable longe le canal. Longue halte à Krnov (Jûrgendorf). Sans doute moins démolie que les villes polonaises. Art-déco et églises baroques se succèdent en quelques centaines de mètres. Pique nique offert sur la grande place. Mais à 13 heures, c’est presque épuisé. Retour en Pologne par par Glubczyce, déjà vue sur la route aller. Toujours la chaleur. Les deux bidons pleins de sont pas de trop.  Banquet de clôture pour l’adieu à la semaine de l’UECT.

 

17 juillet – Prudnik Rybnik – 100 km. Déjà la route du retour vers Cracovie. Autre itinéraire, plein est. Puis vers le sud à travers une forêt un peu plus fraîche. En plein soleil, encore plus de 38 degrés. La route enjambe un lac artificiel avec des baigneurs. Vite à l’eau. La même ville étape est atteinte en début d’après-midi, et le même hôtel vite retrouvé. Les une ou deux bières sur la Grande Place sont bienvenues.

 

18 juillet – Rybnik Cracovie – 129 km. Tonnerre et foudre dans la nuit. Météo annoncée la veille à la TV est mauvaise. Sauve qui peut, avant 8 heures, après le petit déjeuner « soviétique : omelette, tomate, une grande tasse de café. La route est encore mouillée, énormes flaques. Il faut redoubler de prudence pour éviter les trous. Pour le moment le ciel est menaçant. Halte rapide à Oswiecim, en bordure du camp de concentration. Loin des touristes venus en visite organisée. Le vent favorable souffle fort. Les nuages sont de plus en plus menaçants. La pluie finit par arriver, mais juste à l’entrée dans le centre ville de Cracovie. Vite à l’auberge du départ. Le carton du vélo a bien été gardé. Le soir, violente pluie qui inonde les rues de la ville.

 

Longueur totale du périple : 1229 km.

 

19 et 20 juillet : visite sans vélo de la ville. Voir et revoir les lieux historiques de la capitale de la Galicie occidentale.

L’avion décolle le 21 juillet à 8 heures du matin.

 

Dominique Ploux

Publié dans Comptes-rendus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article